Parce-que c'est pas le tout mais les intellectuels, c'est quoi sinon de pauvres gens qui se sont arrogé, allez savoir pourquoi et comment, le droit de penser à notre place. Méfiez vous de ceux qui s'auto-proclament " intellectuels ", ceux-là dont on trouve les livres, par hasard, sur les rayons poussiéreux d'une quelconque bibliothèque municipale, celles qui ont accès au catalogue d'invendus des éditeurs, ceux-là qui éditent les livres des profs de l'éduc nat en vertu de ce principe fondamental : l'état subventionne d'une manière ou d'une autre la culture, comprendre la culture non commerciale, comprendre surtout la culture naze, Van Gogh en son temps creva de faim sans être subventionné, il est vrai qu'il n'était pas fonctionnaire. Intellectuels, donc, les terroristes de la pensée subversive, qui, comme s'en vante le gourou de Caen, sont mensualisés chez Grasset, c'est dire le risque qu'il prend. Les intellectuels de mon cul marchent en bande, mieux forment des gangs, ce sont des gangsters, ceux-là qui nous vrillent la tête avec leur rebellion mensualisée, croyez bien qu'elle l'est, mensualisée, les fonctionnaires de la pensée unique oppositionnelle, je m'oppose pour exister, sinon que serais-je. Les frenchies me font de plus en plus rire, c'est fou le nombre de malades mentaux en liberté dans ce pays. Il est vrai que l'anti-psychiatrie fut à la mode qui nous certifia qu'après tout, de quel côté des fous étaient les murs, n'est-ce-pas.

Qui aura les couilles de dire enfin la vérité : la dernière chance qui nous a été donnée de se sortir de ce cauchemar, fut Action Directe. Le jour où ils sont arrivés dans la ferme, la guerre était finie. C'était une sale guerre, mais elles le sont toutes tant qu'elles n'ont pas été gagnées.

Apologie du terrorisme ça s'appelle, ça vaut quelques années de prison, je crois bien.

Dans un pays où l'on construit des HLM dans des communes de 2000 habitants avec zéro emploi, mais à côté d'une école primaire, cherchez l'erreur, à quoi servent les HLM, à loger ceux qui en ont besoin ou à maintenir ouvertes des classes d'écoles à moitié vide, la bonne réponse est la numéro 2, où l'on attribue en quelques mois des HLM à des personnes non-inscrites sur les listes de demandeurs, cherchez l'erreur, où le ministre du logement déclare ne pas vouloir appliquer une loi en vigueur ( réquisition ), parce-qu'elle " est contraire au principe de propriété ", cherchez l'erreur, où une ministre préposée aux " banlieues " loge des membres de sa famille dans un logement de fonction du 7ème arrondissement, cherchez l'erreur, les lois sont-elles encore respectables ?