Le film de ce soir. Durée, 3 heures. Il était une fois la lice au pays des vermeilles. Et puis la phrase, par laquelle le compère dépose les armes aux pieds du vainqueur futur. Personne ne moufte personne ne relève personne n'a entendu. Le compère, qui détourne l'attention sur lui pendant que l'autre opère. Voili, voilou. Je connais le résultat de l'élection présidentielle. Enfin, je crois. J'assume et je signe, ce jour le 4 mai 2012 à 00h43; mehretu3_905

Julie Mehretu