Bui blog

 

 

Giuseppe De Nittis (Italian, 1846-1884), Passa il treno [The train passes]

Giuseppe De Nittis (Italian, 1846-1884), Passa il treno [The train passes]. Oil on canvas, 31.1 x 37.6 cm.

Je voulais te dire il ne se passe de jour sans que je pense à toi

J’espère que tu vas bien

J’espère que tout va bien que ton monde tourne rond

Je voulais te dire ma vie est  une valse

Quelque chose de fin, douloureux et sensible

Une valse avec lui

Quelque chose de rare une envie de partir

Sans pour autant partir

Je voulais te dire que si l’amour existe il ressemble à ceci

Deux amours pour un cœur qui attend patiemment

Posté par buiduidan à 23:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Le mot malheureux de Maton 1er, roi des taulards

 

maton 1er

 

 

" il ne faut pas que des jeunes s'échappent du territoire pour aller faire le Djiad", ce matin sur la télé qui pue.

Au fait, l'maton, le jeune cinglé exfiltré en Israël après la tentative d'assassinat d'un commissaire de police lors d'une manif betar LDJ à Paris, des nouvelles ?

 

après quoi, Villiers le Bel où des brav' neg' remercient face caméra le maton d'être venu les visiter, avant de s'en retourner dans leurs petites cellules.

Posté par buiduidan à 14:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une Valls à va-peur

 

 

valls

 

valls

Manuelle fait campagne. Comme tous les extrémistes, elle surfe sur la peur, repêchant dans la poubelle des faits d’hiver l’arrestation le 17 février d’un présumé djiadiste putativement susceptible d’éventuellement envisager de commettre un attentat comme tous les présumés djiadistes partis mais revenant bien décidés à nous faire morfler.

Ainsi Manuelle vient nous faire savoir comme elle serait dûment sécurisante et tellement compétente au poste prestigieux de première ministre du France, ce paquebot perdu dans la brume électrique des cons fédérés.

Ceci par tous moyens y compris l’entremise de médias fonctionnarisés par les 5,5 milliards de subventions annuelles qui payent leurs gras salaires - le salaire de la peur .

Posté par buiduidan à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

BREL, ORLY

tu es encore trop chiche, pas assez nu, pas assez mort

 

Je suis dans son lit à Dieu, Dieu est long, les mains immenses, mes deux seins tiennent dans sa main, il est long Dieu, long de partout, de la tête à la queue, long. Ce n’est pas qu’il soit grand, j’ai vu mourir, Dieu, dix secondes et la course et les cris et les ordres, il est revenu Dieu, recousu vivant grand Dieu, là-bas dans le silence blanc les machines Jésus ressuscité les tissus artificiels qui tiennent Dieu. Je vous. Il est à moi Dieu, c’est mon mec mon affaire mon keum mon long. Mon long parle de choses inconnues il est mort deux fois il rit il boit. J’ai un long un truc taiseux qui parle peu il aime ça Dieu, les taiseux. Se taisent . Il aime se taisent. Tu comprends ça, se taisent c’est pas comme se baisent. Rien à voir, ferme ta gueule t’es qu’une. Merde. Trop riche, fromage coulant.

 

Posté par buiduidan à 21:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

BDD13

BDD13

Posté par buiduidan à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bangui, les ploucs sont dans l'Avion

l'image de la first Touffe descendant la passerelle de l'Avion à Bangui, son sac de marque à la main est un outrage qui marquera longtemps. L'Aristocrassie vient visiter les ceux d'en bas avec une morgue confinant à la ... crétinerie. Peut pas laisser son sac dans l'Avion, latouffe ? Peur pour sa rivière de diamants ou coua ? Pouah

quant à la Taubi au garde à vous son sac en bandoulière, c'est la même. Comme coua la plouquerie, le manque de classe absolu, l'indécence sont bel et bien symptômatiques de ces nobliaux parvenus engraissés par nos soins à l'insu de notre plein gré. Beurk.

BDD13

Posté par buiduidan à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]